Freelance ou Portage salarial ?

Se lancer comme travailleur indépendant demande très souvent des choix complexes. Les implications sont lourdes de conséquences, aussi faut-il prendre des décisions éclairées en amont. Comment faire le bon choix entre freelance et portage salarial ? Abordons ces deux modes de travail sous différents angles.

Les points communs entre freelance et portage salarial

Les freelancers, comme les salariés portés, exercent leurs métiers en tant que travailleurs indépendants. Ils sont totalement libres et autonomes dans :

  • le choix de leurs clients et des missions qu’ils souhaitent accomplir ;
  • la fixation et la négociation de leurs tarifs avec leurs clients ;
  • l’organisation de leur agenda et du temps de travail imparti pour chaque projet.
freelance ou portage salarial

Freelance, sa nature, son régime et ses avantages

Le freelancer accomplit pour ses clients des missions déterminées, dans le cadre de contrats de prestation de services.

Travailler en freelance, une profession réglementée

Il s’agit d’un mode de travail, mais en aucun cas de statut juridique. En devenant freelancer, vous serez entrepreneur, propriétaire de votre société et votre employé à la fois. Puisque cette profession est réglementée, vous devez choisir votre forme juridique pour pouvoir exercer votre activité en toute légalité.

Freelance, pour qui ?

Les coachs, les experts en conseil, les formateurs, les managers de transition choisissent souvent de travailler en freelance. Ils exercent dans différents secteurs, notamment dans les finances, l’IT, l’informatique, le marketing et la communication. Ils peuvent travailler en coworking, dans les locaux de l’entreprise cliente ou tout simplement chez eux.

Le régime adapté

Juridiquement, exercer en freelance requiert la création de sa propre structure et le changement  de statut social. Les concernés ont ainsi le choix entre différents statuts : l’entreprise individuelle sous le régime micro-entrepreneur, l’EIRL, l’EURL ou la SASU.

Le régime micro-entrepreneur et l’EIRL s’appliquent aux entreprises individuelles.

  • Le régime micro-entrepreneur

Ce régime vous permet d’exercer votre profession en toute indépendance. Les formalités d’inscription et d’imposition sont simplifiées. Les procédures requises peuvent se faire à distance et sont centralisées.

Son régime social est juste le strict minimum et le chiffre d’affaires est plafonné. Vous bénéficiez de charges sociales faibles et indexées sur votre chiffre d’affaires. L’autre avantage, c’est qu’il n’est pas assujetti à la TVA, du moins sous certaines conditions.

  • L’EIRL ou entreprise individuelle à responsabilité limitée

Ce régime est particulièrement adapté aux créateurs d’entreprise. Il vous permet de constituer un patrimoine professionnel entièrement séparé de vos biens personnels. Il n’est pas soumis à un plafonnement, mais les formalités administratives sont plus longues, en plus des frais d’immatriculation. En choisissant ce statut, vous dépendrez du régime social des indépendants.

  • LA SASU ET L’EURL

L’EURL et la SASU correspondent respectivement aux formes unipersonnelles des SARL et SAS. Dans les deux cas, les procédures à suivre s’avèrent plus compliquées et plus coûteuses, en particulier pour la rédaction des statuts. Le dirigeant de la SASU peut jouir du régime social de la Sécurité sociale à condition qu’il se verse un salaire. Autrement, les deux statuts bénéficient du régime social des indépendants.

Bref, la micro-entreprise est pratique pour lancer votre activité, mais profitez ensuite de votre liberté d’entreprendre pour évoluer vers des structures plus complexes. Le portage salarial constitue évidemment une alternative intéressante pour cela.

portage salarial et freelancing que choisir ?

Portage salarial, son statut juridique et ses implications

Le portage salarial diffère de la création d’entreprises. De nombreux consultants en freelance le choisissent pour le lancement de leurs activités.

Salarié porté, un statut juridique proposé aux travailleurs indépendants

Le salarié porté bénéficie d’un double statut. Il procède lui-même à la prospection de ses clients pour décrocher des missions, et négocie les modalités de chaque intervention en toute autonomie. En même temps, il profite des multiples avantages liés à son statut de salarié. En effet, il exerce son activité dans le cadre d’un contrat de travail en CDD ou en CDI, mais avec une société de portage salarial. 

Le portage salarial, pour qui ?

Toute personne qui désire exercer un travail indépendant peut devenir un salarié porté. Ce dispositif est ouvert aux jeunes diplômés, salariés en reconversion, retraités et demandeurs d’emploi.

La seule condition requise, c’est de disposer d’une forte expertise dans le domaine d’activité concerné. C’est justement pour cette raison que les salariés portés sont en majorité des managers, des formateurs, des consultants, des anciens cadres d’entreprises, etc.

Les multiples avantages du portage salarial

Le portage salarial présente différents avantages dont vous devriez tenir compte avant de vous lancer.

  • Pour exercer votre profession en tant qu’indépendant, il n’est pas nécessaire de changer de statut social ni créer votre propre entreprise. Vous jouissez de votre liberté d’entreprendre en tant que salarié porté. Grâce au portage salarial, vous n’avez pas à mettre en place une structure juridique. Cela réduit drastiquement les démarches administratives que vous devrez accomplir et surtout votre investissement de départ.
  • Vous jouissez des mêmes droits que les salariés classiques en termes de couverture. Vous percevez ainsi un salaire mensuel, avez accès à une assurance maladie, ainsi qu’une prévoyance sociale, une mutuelle d’entreprise, une cotisation pour la retraite et une assurance chômage. Vous bénéficiez également de congés payés. Et si nécessaire, vous avez droit à une formation supplémentaire et un accompagnement personnalisé pour développer votre expertise.

Bref, opter pour le portage salarial vous permet de profiter d’une situation professionnelle plus confortable et économiquement viable.

Liberté d’entreprendre et obligation contractuelle

À la différence du salarié classique d’entreprise, vous ne travaillez pas en tant que subordonné. Vous profitez du statut de salarié et devez rendre des comptes à l’entreprise de portage, mais vous êtes totalement autonome dans l’exercice de votre fonction. Ladite société s’occupe uniquement des démarches administratives nécessaires, de la facturation et de l’encaissement de vos honoraires, et vous les reverse ensuite sous forme de rémunérations mensuelles. Elle n’interfère ni dans le choix de vos missions ni dans la négociation de vos tarifs. Elle peut aussi vous proposer de nouveaux projets que vous êtes libre d’accepter ou de refuser.

Le portage salarial implique des frais de gestion et induit des charges légèrement plus élevées que d’autres statuts indépendants. L’entreprise de portage peut rompre le contrat de travail si vous ne respectez pas ces obligations contractuelles, qu’il s’agisse de CDI ou CDD.

Tirer parti du réseautage

Se constituer un réseau est crucial pour les travailleurs indépendants, en particulier pour les consultants. Cette stratégie leur permet en effet de  trouver de nouvelles missions et d’enchaîner projet après projet.

En optant pour le portage salarial, vous intégrez un réseau d’experts chevronnés et aux compétences variées. Vous aurez en conséquence plus de facilité à prospecter et à trouver des clients. Grâce au soutien mutuel entre adhérents, vous multiplierez également les opportunités de parfaire vos connaissances.

Le CDI en portage salarial

Bon nombre de freelancers décident aujourd’hui …

L’arrêt maladie en portage salarial

L’arrêt maladie est impensable en freelance, c’…

Le portage salarial, quel intérêt pour vos clients en 2022 ?

Le portage salarial connaît une croissance expo…